Le parcours de l’homme

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Homme religieux aux cheveux crépus et blanchis sous le poids de l’âge, toujours vêtu dans sa soutane  assortie d’une bande d’étoffe lui servant de ceinture et coiffé d’une calotte rouge avec une croix bien visible pendant au coup et de verres correcteurs aux yeux, l’évêque burkinabé et archevêque métropolitain de Ouagadougou depuis 2009 est aujourd’hui cardinal. Homme pieux, d’un franc-parler direct et d’une intelligence remarquable, le natif de Konéan dans le département de Kaya est âgé de 71 ans mais toujours dynamique. Fils de Zudwende Pierre et de Pegrima Jeanne Ouédraogo, Philippe Ouédraogo a effectué sa scolarité à l’école publique de Kaya de 1952 à 1959 puis au petit séminaire de Pabré dans le département de Ouagadougou jusqu’au baccalauréat qu’il obtient en juin 1967. Il rentre ensuite au séminaire régional de Koumi dans le département de Bobo-Dioulasso où il suit le cycle de philosophie puis de théologie.

Ordonné  prêtre le 14 juillet 1973 pour le diocèse de Kaya,  l’abbé Philippe Ouédraogo assure une fonction de vicaire à la paroisse cathédrale dudit diocèse jusqu’en 1978 avant d’effectuer une mission d’étude à Rome à l’Université pontificale urbanienne où il obtient un doctorat en droit canonique en 1983. De retour au Burkina Faso, il est nommé curé dans sa paroisse d’origine jusqu’en 1991. À partir de 1989, il est également vicaire général du diocèse de Kaya jusqu’en 1994. De 1992 à 1995, il est directeur fondateur du petit séminaire de Saint Cyprien de Kaya avant de retrouver un ministère paroissial à Notre Dame de l’Assomption de Pissila, dans le département du même nom. Parallèlement à ces missions, il est également juge au tribunal métropolitain de seconde instance de Ouagadougou de 1984 à 1995 et directeur des Œuvres pontificales missionnaires de 1987 à 1996.

Prélat qui a des ambitions, simple, courageux et très sociable et écrivain, l’abbé Philippe Ouédraogo  est nommé par le pape Jean-Paul II évêque de Ouahigouya le 25 juillet 1996. Il reçoit la consécration épiscopale le 23 novembre suivant des mains de Mgr Jean-Marie Compaoré, archevêque de Ouagadougou. Il est président de la Commission épiscopale Mission / Œuvres Pontificales Missionnaires dès 1997, président de la Conférence épiscopale Burkina Niger de 2001 à 2007, consulteur à la Congrégation pour l’évangélisation des peuples à partir du 1er juillet 2003. Le 13 mai 2009 il est transféré à Ouagadougou dont il devient l’archevêque métropolitain.

Grâce à sa ferveur religieuse et son sens élevé de responsabilité et du devoir bien accompli, le pape François annonce au cours de l’Angélus, le dimanche 12 janvier 2014, sa création comme cardinal qui a eu lieu le 22 février 2014 en même temps que celle de 18 autres prélats. ‘’Duc in altum’’, cette expression latine qui veut dire ‘’Allez au large’’ ou ‘’Allez en eau profonde’’ traduit bien sa philosophie de grand homme, père de l’Eglise catholique du Burkina et passe de commentaire son beau parcours en tant que prêtre, puis évêque ensuite archevêque métropolitain, et aujourd’hui cardinal.

                                                                                                                                                             Bamax

Une réflexion sur “Le parcours de l’homme

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s